mercredi 26 juillet 2017

La région sauvage

Film d'Amat Escalante
La Region salvaje
Mexique 2017
Avec : Ruth Ramos, Simone Bucio, Jesús Meza, Eden Villavicencio…
Prix de la mise en scène - Mostra de Venise 2016
Alejandra vit avec son mari Angel et leurs deux enfants dans une petite ville du Mexique. Le couple, en pleine crise, fait la rencontre de Veronica, jeune fille sans attache, qui leur fait découvrir une cabane au milieu des bois. Là, vivent deux chercheurs et la mystérieuse créature qu’ils étudient et dont le pouvoir, source de plaisir et de destruction, est irrésistible… 
Connu pour son cinéma féroce et très controversé (“Sangre”), le réalisateur mexicain Amat Escalante livre ici un long métrage qui mixe sexualité, chronique sociale et science-fiction. Nous entrainant au cœur d’une expérience dont les contours demeurent à dessein troubles, il met à mal les valeurs conservatives et l’hypocrisie d’un monde gangréné par le masculinisme, l’homophobie, le mensonge et la violence. 
La photographie époustouflante, le son organique, le montage déroutant, la musique ensorcelante permettent au réalisateur de proprement nous envouter (à l’instar de ses personnages).


 Horaires au cinéma Diagonal Montpellier

jeudi 20 avril 2017

Le Mexique au marathon des mots de Tousouse

Le Mexique en toutes lettres au Marathon des mots.
22-25 juin 2017

Le cycle « Mundo Latino » fera entendre la voix de dix-huit écrivains d’Amérique Centrale (Golfe du
Mexique et Caraïbe), rendra hommage à Malcolm Lowry, aux Prix Nobel Octavio Paz, Derek Walcott et saluera l’œuvre « mexicaine » de J.M.G. Le Clézio. La littérature mexicaine a produit de longue date de très grands écrivains : Juan Rulfo, Octavio Paz, Carlos Fuentes, Alejo Carpentier, Reinaldo Arenas ou Elena Poniatowska pour n’en citer que quelques-uns.

A l'occasion des rencontres et des lectures dans la métropole toulousaine, on  découvrira la toute jeune scène littéraire mexicaine, remarquée par les éditeurs du monde entier et représentée à Toulouse par Aura Xilonen , Eduardo Rabasa, Laïa Jufresa ou Antonio Ortuño.

Source : Le marathon des mots

mardi 14 mars 2017

Conférence "La colonisation et l'évangélisation du Mexique"

Dans le cadre de son cycle " Viva Mexico", le groupe Art & Culture de Lattes reçoit Christine Bertheuil, diplômée en culture maya et membre d'Uniframex qui présentera une conférence sur
« La colonisation et l'évangélisation du Mexique ».

  • 27 mars à 18h00
  • Auditorium du musée archéologique Henri Prades
  • 390 route de Pérols - Lattes
  • Entrée libre


Accès :
bus n°18 - arrêt Terminus Lattes Centre
Tram L. 3 - station Terminus Lattes Centre

samedi 4 mars 2017

Conférence " Les mayas d'hier et d'aujourd'hui "

Dans le cadre de son cycle dédié au Mexique, le groupe Art & Culture de Lattes reçoit Christine Bertheuil, diplômée en culture maya et membre d'Uniframex qui présentera une conférence sur
« les mayas d’hier et d’aujourd’hui ».

  • 13 mars à 18h00
  • Auditorium du musée archéologique Henri Prades
  • 390 route de Pérols - Lattes
  • Entrée libre




Accès :
bus n°18 - arrêt Terminus Lattes Centre
Tram L. 3 - station Terminus Lattes Centre

jeudi 2 mars 2017

Somos lo que hay

Film de Jorge Michel Grau
Mexique, 2010
avec April Theresa Shannon, Ehecati Garcia

  • Projection unique
  • Lundi 20 mars
  • 20h30
  • Cinéma Utopia - 5 Avenue du Dr Pezet Montpellier

Synopsis
Un homme d’âge mûr meurt dans la rue, laissant une femme et trois enfants sans ressources. La famille éprouvée doit assurer sa survie. Ils sont cannibales et ne mangent que de la chair humaine lors de sanglantes cérémonies rituelles… et les victimes ont toujours été fournies par le père. Maintenant qu’il est mort, qui va chasser ? Qui va les diriger ? Comment vont-ils calmer leur terrible faim ? La tâche échoit au fils aîné, Alfredo, un adolescent marginal qui semble loin d’accepter cette mission... 

Projection unique le 20 mars, dans le cadre de Cinécampus - Cinéma Utopia, Montpellier 




Film méconnu et sélectionné en 2010 à la Quinzaine des réalisateurs, Somos Lo Que Hay au cinéma en France, c’est une expérience inédite ! Le réalisateur nous plonge dans le quotidien d’une famille mexicaine au bord de l’effondrement et nous propose une allégorie sur les conditions de vie des habitants de Mexico.

Jorge Michel Grau
Né à Mexico en 1973, il réussit brillamment ses études de mise en scène au Mexique et part étudier le cinéma à l’École Supérieure de Cinéma de Catalogne (ESCAC de Barcelone). Il remporte le prix du meilleur court métrage documentaire mexicain pour Kalimán en 2006 et le Prix Jury Jeune du meilleur court métrage à Marseille pour Prettier Than You en 2008. Il enseigne la mise en scène dans une école de cinéma. Somos lo que hay est son premier long métrage.

Somos los que hay penche plutôt du côté de l'inhumanité. Commencé comme une chronique sociale (une famille vit de commerce informel dans un quartier sinistre), le film continue comme un polar sanguinolent (des policiers corrompus font mine de protéger des prostituées terrorisées par des enlèvements mystérieux) et finit en bain de sang. L'abondance de ce matériau nuit un peu à la cohérence du film. Jorge Michel Grau impose malgré tout une vision cauchemardesque de sa ville, qu'il filme la nuit, presque déserte – si bien qu'on la dirait dépeuplée par un mystérieux cataclysme. Les personnages s'y débattent, en proie à des forces obscures qui les empêchent d'aimer et de vivre.

En savoir plus sur CINÉCAMPUS
Site du Cinéma Utopia

dimanche 12 février 2017

México insólito - Exposition


México insólito

27 février- 10 mars 2017

Maison des Relations Internationales (Montpellier)


ThéâViDa vous propose d’embarquer pour un voyage insolite dans la culture mexicaine en compagnie des œuvres de Claude-Henri Bartoli, artiste habité par sa peinture qu’il manie comme une langue inspirée par l’art premier.

Exposition « Le Carnaval des dragons » de Claude-Henri Bartoli

 Construite comme un poème, l’exposition « Le carnaval des dragons » présente quatorze toiles, fruit de la collaboration avec le regretté poète Michel Butor. Entouré de ces figures fantasmagoriques très colorées, de symboles primitifs et d’animaux sacrés, le texte prend tout son sens. Et comme il indiqué sur l’une des toiles : « n’approchez pas, c’est imprudent, vous risqueriez d’être emportés », le ton est donné !



Claude-Henri Bartoli

Claude-Henri Bartoli vit aujourd’hui au Mexique. Voyageur impénitent, son itinéraire est jalonné de plus de 200 expositions, personnelles ou collectives, en France et à l’étranger (Afrique, Mexique, République Tchèque, Lituanie, Belgique, …). Amoureux des signes et des mots, il a collaboré avec des écrivains, dont Michel Butor, pour réaliser des livres à 4 mains. Il inscrit son parcours dans ce que la critique nomme « les primitifs cultivés » … héritiers des arts premiers : « un art nourri des cultures du monde, un voyage immobile et coloré dans le vocabulaire formel des cultures premières, comme une langue universelle, telle peut être une des approches du travail de l’artiste Claude-Henri Bartoli », Bona Mangangu (Suites mexicaines, Éditions QazaQ – 2016)

Les temps forts du festival
  • Exposition du 27 février au 10 mars en semaine (9h-12h / 14h-17h)
  • Vernissage avec scène ouverte à la culture mexicaine le mardi 28 février à 18h
  • Visites guidées de l’exposition le samedi 4 mars à 10h (espagnol), 11h, 14h et 15h
  • suivies à 16h d’une conférence de Christophe Corp: « L’univers pictural de Claude-Henri Bartoli ou le rêve éveillé du chaman
Entrée libre, réservations recommandées pour les visites guidées et la conférence.
Réservations/informations à theavida@gmail.com

Voir le site de l'évènement