mardi 20 mars 2018

Semaine mexicaine à la Montpellier Business School

SEMAINE CULTURELLE MEXICAINE
MONTPELLIER BUSINESS SCHOOL (MBS)
24 - 30 MARS 2018



Programme :

24 mars – 19h30
Présentation du livre FICTIONS MEXICAINES par Christine FRÉROT
en partenariat avec la librairie La Géosphère
Salle Lacordaire, 6 rue des Augustins

26 mars – 12h15
Inauguration à la MBS

27 mars
Repas mexicain cafétéria MBS
(sous réserve)

28 mars - 12h - 14h
Piñata & Karaoké (prix à gagner)

29 mars – 13h30
Visite commentée de l’exposition

Avec les œuvres de
  • Martha ARANGO
  • Éric BAVOILLOT
  • Sandra CAMPOS
  • Christophe El Chuzpo DUCOIN
  • Dora Celia PURATA

ENTRÉE LIBRE

09h00 – 16h00



mercredi 21 février 2018

La forme de l'eau

The Shape of water
Film de Guillermo del Toro
États-Unis 2017
2h03
avec Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins, Doug Jones, Octavia Spencer, Michael Stuhlbarg…
Lion d'or - Venise 2017 Meilleur Réalisateur - Golden Globe 2018

États-Unis, début des années 60, au beau milieu de la Guerre froide. Modeste employée d’un laboratoire ultra secret, Elisa est une jeune femme muette et rêveuse. Un jour, par l’embrasure d’une porte blindée, elle observe l’agitation des militaires autour d’une étrange créature. Fascinée, Elisa entame petit à petit avec elle un dialogue fait de musiques et de repas à partager. Mais l’officier Strickland veut disséquer la bête pour l’étudier tandis que les Russes désirent s’en emparer… Véritable fable onirique, hommage au cinéma des studios hollywoodiens des années cinquante, La forme de l’eau nous transporte dans son univers singulier où les outsiders sont héroïques, les méchants, démoniaques, et les amours, enchanteurs. C’est un pur film de Guillermo del Toro (affection pour les monstres et les mécaniques désuètes) tout en s’aventurant sur des terres inattendues. La Forme de l’eau est une ode au plaisir, à la jouissance, à la désobéissance, autant qu’une satire corrosive de l’Amérique des fifties. La mise en scène parvient à créer une intensité émotionnelle à l’état pur grâce à l’alchimie entre les deux personnages principaux. Face à Doug Jones, qui a déjà interprété presque toutes les créatures du bestiaire de del Toro (notamment dans Le Labyrinthe de Pan), Sally Hawkins fait preuve d’un charme magnétique irrésistible. Son personnage prend racine entre le burlesque de Charlie Chaplin et la féérie d’Amélie Poulain. Cette romance fantastique est portée par une mise en scène somptueuse, une photo magnifique et la partition magique du grand Alexandre Desplat.

Source : Cinéma Diagonal Montpellier
Horaires Cinéma Diagonal Montpellier

Ce que l'on en dit sur Libération
Ce que l'on en dit sur Le Figaro
Ce que l'on en dit sur Télérama



 

mardi 6 février 2018

Présentation du livre Fictions Mexicaines par Christine Frérot

L’association francomexicaine Uniframex a le plaisir de vous inviter à la présentation et la signature du livre FICTIONS MEXICAINES, par son auteur, Christine Frérot, le samedi 24 mars à 19 :30 à la salle Lacordaire, en partenariat avec la librairie La Géosphère. Cet évènement a lieu dans le cadre de la semaine mexicaine organisé par des étudiants de la Montpellier Business School (MBS).
Il sera suivi d'un moment convivial autour du verre de l’amitié.



Le livre
 « L'École mexicaine » naît avec la Révolution de 1910 et le vent de nationalisme qui l'accompagne. Les murs du pays se couvrent de fresques grâce aux commandes publiques, mais aussi par l'adhésion des plus grands artistes. Il faudra attendre les années 80 pour que les générations nouvelles, diversement héritières de Frida Kahlo et Maria Izquierdo, revisitent leur culture. Associant l'analyse de l'oeuvre à l'histoire de l'art et à celle de l'artiste, l'auteure fait revivre 38 témoins emblématiques de l'art mexicain du XXe siècle dont elle est l'une des meilleures spécialistes en France. De Diego Rivera à Julio Galán en passant par José Guadalupe Posada et le Dr Atl, un Mexique à la fois Révolutionnaire, Guadalupéen, Immortel et Volcanique... surgit dans la pluralité des regards en confirmant, après Octavio Paz, que « les arts expriment (entre autres choses peut-être plus profondes), le tempérament de chaque nation.
Préface de Jaime Moreno Villarreal
Jaime Moreno Villarreal est un écrivain mexicain. Ses essais sur l’art sont publiés dans de nombreux livres et catalogues d’exposition, autant au Mexique qu’en France, aux États- Unis et dans plusieurs pays d’Europe. Il a été conseiller culturel de l’Ambassade du Mexique en France de 2007 à 2009.

L’auteur
 Christine Frérot est docteur en histoire de l’art et spécialiste de l’art mexicain moderne et contemporain. Elle a étudié à Paris et à Mexico (Université de Paris I et Unam) et travaillé plus de dix ans au Mexique (Institut Français d’Amérique latine, direction culturelle). Chercheur à l’École des hautes études en sciences sociales (Ehess) et chargée de cours à l’Université de Paris III, elle est membre de l’Association internationale des critiques d’art (Aica, Art Nexus) et commissaire d’exposition. Son cinquième ouvrage, Resistencia visual, Oaxaca 2006 (préface d’Edouard Glissant) a été publié en 2009 par Talmart, Paris.

Extraits de presse
De même surprennent Les Quatre Habitants du Mexique (1938), de Frida Kahlo, quatre figures sur la place d’un village qui symbolisent chacune un aspect du pays.
Le Monde diplomatique

Ce livre n’est pas seulement un livre d’art (...), c’est effectivement une invitation au voyage, une manière détournée et originale de connaître un pays à travers sa peinture.
Le Midi Libre

Tout à la fois carnet de coups de cœurs et outil pédagogique, l’ensemble est articulé de manière thématique (...). Au final, le portrait d’un peuple transparaît, énergique, magique et poétique.
Artension


www.riveneuve.com
Distribution/ diffusion Interforum

  • samedi 24 mars - 19.30
  • Salle Lacordaire - 6 rue des Augustins
    (à deux pas de l'Esplanade Charles de Gaulle et du couvent des Dominicains)
  • Entrée libre dans la mesure des places disponibles.
  • Merci de bien vouloir nous confirmer votre présence à :
    association.uniframex@laposte.net
    librairiegeosphere@gmail.com






lundi 20 novembre 2017

Noël à la mexicaine - Navidad mexicana, Montpellier, 10 décembre 2017 , 14h00/20h00

Noël / Navidad
de l'association francomexicaine Uniframex
6e édition
  
Participation aux frais 4€ - tarif réduit 2€
Salle Voltaire
Maison-Pour-Tous Voltaire
Square Jean Monnet
Tram ligne 3 arrêt Voltaire

14h00
  • Stands alimentaires, épicerie …
  • Autenticos tacos de carnitas (sur place et à emporter)
  • Quesadillas y frijoles
  • Ponche navideño
  • chocolat chaud et autres boissons...
  • Musique et chansons avec Leslie Di
  • Piñata
  • Posada
  • Tombola - Lots nombreux et variés, pour petits et grands (voir dessous) !
 
 
boissons en vente toute la journée
(plats chauds vendus jusqu'à épuisement du stock - hasta agotar la existencía)
  
14.00 se abren las puertas
15.30 juego de lotería para niños 

16.00/16.30 Posada
Baile
17.00/17.30 Piñata

Baile
18.00/18.30 Tómbola
Baile

20.00 Cierre del Bar.

Horaires susceptibles de modifications
Los horarios pueden cambiar

Queridos amigos,
Los esperamos el domingo 10 de diciembre para nuestra sexta posada Navideña organizada por Uniframex. Este año,  tenemos la suerte de contar con la presencia de Leslie Di para pedir posada, cantar y bailar, con musica y canciones  mexicanas y latinoamericanas... 
Cocina abierta desde las 2 de la tarde, bebidas en venta todo el día
Tendremos los autenticos tacos de carnitas de Claudia y ponche navideño !

Por razones de seguridad, espacio y comodidad, suplicamos a todos los padres de familia, plegar sus carreolas y colocarlas en el lobby de los baños. Por su atención, muchas gracias.
 
Pour raison de sécurité et d'espace nous remercions les parents de bien vouloir plier les poussettes et de les ranger dans le lobby des toilettes.







Parmi les lots à gagner à la tombola :
2 bouteilles et 2 coupes de cava Freixenet brut
1 bouteille de tequila blanco El Jimador
1 cd d'Alfonso Maya Tarot
1 harmonica (enfant) 
Voir plus de cadeaux

mercredi 15 novembre 2017

Chavela Vargas


Film de Catherine Gund et Daresha Kyi
Film documentaire
États-Unis 2017
1h33

Sélection officielle - Festival de Biarritz Amérique Latine 2017

De Frida Kahlo à Pedro Almodovar, artiste inspirante et inspirée, ce récit composé d’images rares révèle une femme à la vie iconoclaste et d'une modernité saisissante. Figure de proue de la musique mexicaine Ranchera, Chavela Vargas, restera à jamais empreinte de récits et de légendes. Chavela s'est elle vraiment glissée tard dans la nuit dans les chambres des maris pour leur voler leur femme ? S'est elle vraiment enfuie avec Ava Gardner au mariage de Elisabeth Taylor ? Vêtue comme un homme, fumant et buvant comme un homme, portant un pistolet, Chavela n’a cessé d’affirmer sa liberté, sa singularité, son identité et sa passion pour la musique et les textes engagés. Par sa structure lyrique, le film emmène le spectateur dans un voyage évocateur et stimulant à travers sa vie. Tourné en 1991 il nous offre un regard rare et intime sur cette icône de la chanson à un moment crucial de son parcours. Cette entrevue unique permettra d'explorer cette vie fascinante de l’artiste, que les gens n’oublieront jamais.


El dolor por dentro de Chavela Vargas
 Ser Chavela fue una empresa sólo a la altura de la propia Chavela. "Para ser Chavela tenía que ser más macha y más borracha que cualquiera de los chavos que había a su alrededor", se escucha en el documental de Catherine Gund y Daresha Kyi que se estrena este viernes y que, como no podía ser de otro modo, responde al nombre de Chavela. La película, presentada en el pasado Festival de Berlín, es antes que un simple repaso de las heroicidades, industrias y andanzas de un personaje desmedido, un viaje a lo más íntimo de algo tan íntimo como el dolor. "El dolor forma todo lo que ella hizo. Sin ese sufrimiento no habría sido quien fue. Transmitía esa pena y la compartía. Transformaba su dolor en arte. Ella más que cantante era intérprete. Interpretaba sus canciones, les daba alma, las convertía en otra cosa; en algo que dolía", comenta Kyi para dar la perfecta medida de una cinta que es también herida. Como todo lo que tocaba Chavela.
Leer el articulo completo sur El Mundo

Isabel Chavela
Isabel nació en Costa Rica pero siempre ejerció de mexicana. Chavela fue una construcción casi perfecta para periodistas, escritores y directores de cine deshauciados o en la cresta de la ola, para lúcidos intelectuales, cantautores y para borrachos clarividentes. "Agustín Lara era el único que me llamaba Isabel", explicó una tarde en la Casa de América de Madrid acompañada por Carlos Monsiváis; el escritor fue el gancho perfecto para sacar las historias de seres mitológicos como José Alfredo Jiménez. Casi todas las frases comenzaban de la misma manera: "íbamos a tomar (tequila)" y... tardaban varias cosechas en volver a estar sobrios. "Un día nos olvidamos al muerto", explicaba sobre un velorio en el que cambiaron de bar y olvidaron los motivos y al finado.